Pascale Cormier

Pascale Cormier

Crédit photo : Jade Emmanuelle Cormier

Pascale Cormier a des liens profonds avec la ville de Québec, bien qu’elle n’y ait vécu que les six premiers mois de sa vie.

Elle est née une première fois sous une fausse identité à Sainte-Foy, l’année où Marilyn Monroe est morte et les Beatles ont lancé « Love Me Do ».

Elle est née « pour vrai » cinquante ans plus tard dans le quartier Saint-Roch, à la faveur d’une soirée de poésie.

Entre-temps, elle s’est surtout consacrée à survivre à la dysphorie de genre. Dans son enfance, elle a vécu au Cameroun, une expérience qui l’a profondément marquée.

À ce jour, elle a publié trois recueils de poèmes et un conte en plus d’apparaître dans de nombreux collectifs.

De septembre 2017 à décembre 2022, elle a animé les soirées Transpoésies à Montréal. Très active sur la scène littéraire et poétique, elle est également associée aux événements de Fierté littéraire dans la métropole québécoise.

Féministe « par nécessité », elle milite pour les droits des femmes et des communautés 2ELGBTQ+, bien sûr, mais surtout pour la dignité, l’équité et la justice. Elle croit profondément à la règle d’or qui commande de traiter les autres comme on voudrait être traité soi-même, et de ne pas leur faire subir ce qu’on ne veut pas subir à son tour.

En dehors de ses travaux littéraires, elle œuvre comme rédactrice à la pige et traductrice. Depuis sa plus tendre enfance, écrire est sa façon d’être au monde.